Snowshoe outing

Our first snowshoe outing saw us leave from Oberbalmberg and head towards Weissenstein, on the Jura. A fresh quantity of snow had fallen about one week ago and the local skilifts were working. We crossed the ski slope and walked up through the forest, on a well trodden path.  We prefer making our own path in open fields but there was no other way.

Around Weissenstein, the very mild temperatures and sun of the past 3 days had affected the quality of the snow, a mixture of soft, mushy, wet snow and icy crunch.

Then it was the long path down, the first part to the middle station of the gondolas again through woods.  Then, being on the shady side of the mountain, we were surrounded by beautiful frozen trees,  and a blue sky above.  As we neared Oberdorf, we turned back onto the sunny side.

Sortie en raquettes

Notre première sortie en raquettes nous a menés de Oberbalmberg à Weissenstein dans le Jura. Une bonne quantité de neige fraîche était tombée la semaine dernière et les skilifts fonctionnaient. Nous avons traversé la piste de ski et sommes montés sur le sentier forestier qui avaient beaucoup été emprunté. Nous préférons tailler notre propre chemin dans les prés enneigés mais il n’y avait pas d’autre choix.

Autour de Weissenstein, les températures douces et le soleil avaient déjà rendu la neige de moindre qualité, un mélange humide et glacé, granuleux.

De là-haut une longue descente, d’abord dans la forêt jusqu’à la station intermédiaire des oeufs. Puis sur le flanc ombragé, magnifique descente parmi les arbres enneigé et gelé, à l’ombre mais sous le ciel bleu. Dans le dernier virage vers Oberdorf, nous avons retrouvé le côté ensoleillé.

First day of the year, first hike, crazy weather

The Jura mountains tend to have a colder climate than the Alps at the same altitude.  In fact, every year, the coldest temperature recorded in Switzerland comes from the Jura village of La Brévine, at 1043m. In January 1987, it recorded – 41.8°c, but it is fairly routine for their winter temperatures to dip to – 30°c. Right now, it is around 7-10°c up from – 20°c 12 days ago.

While a lot of snow fell on the Jura about two weeks ago, most of it is gone now due to unusually warm weather.  We actually hiked up and picknicked in T-shirts on the highest summit of the canton at 1445m (Hasenmmatt), temperatures were between 13 and 15°c up there on January 1st!  It was a pleasant loop of 20 km, taking in the second highest (Röti, 1395) as well for a total up of 1300m.

Jour de l’an, première rando, températures anormales

Le Jura a des températures plus froides, à même altitude, que les Alpes. En fait, chaque hiver, les températures les plus froides sont enregistrées dans le petit village de La Brévine à une altitude de 1043 m. En janvier, il a enregistré un record de – 41.8°c mais il n’est pas rare que les températures plongent à – 30°c pendant l’hiver. Elles y oscillent entre 7 et 10°c, alors qu’elles étaient de – 20°c il y a 12 jours.

Bien que des chutes de neige copieuses aient blanchi le Jura il y a 2 semaines, il n’en reste à peu près rien à cause de températures anormalement douces pour la saison. Nous avons fait une boucle de 20 km, en montant 1300 m, incluant les deux plus hauts sommets du canton (Hasenmatt, 1445 m et Röti, 1395 m). Nous étions en T-shirt… le 1er janvier..!

Nous espérons que la neige revienne bientôt pour monter faire de la raquette.

Before the snow

The forecast was for snow to arrive on the nearby summits of the Jura in the next few days, so we thought we would make a last autumn dash up the Hasenmatt.  The cloud cover was supposed to be higher than the previous week, at about 1000-1200m.

At 1200m, the trees were white with freezing fog and we started wondering whether we would get to see the sun. Yet, just 50m higher, the frost was falling to the ground as the top branches were in the sun and soon we could see a bright blue sky. Still further up, the ground was completely white from all the frost that had fallen off trees. 

Views were again magnificent but contrary to a few days ago, there was a cold wind at the top.  The shady side of the mountain was frosty and we had to be cautious on the way down. We re-entered the clouds and, for a short distance, admired the beautiful frozen nature.

Avant la neige

La météo prévoyait des chutes de neige sur le Jura dans les prochains jours. Nous avons donc décidé d’effectuer une dernière montée automnale à Hasenmatt. Les nuages devaient se situer entre 1000 et 1200 m, plus haut que la semaine précédente. 

A 1200 m les arbres étaient recouverts de glaçons dans le brouillard givrant et nous avons commencé à douter  que nous verrions le soleil. Pourtant, 50 mètres plus haut le sol était recouvert de la glace tombée des hautes branches qui se trouvaient déjà au soleil.  Un peu plus haut encore, le sol était entièrement blanc, les arbres nus et le ciel bien bleu. 

La vue était magnifique au sommet mais le vent rendait l’atmosphère glaciale. La partie ombragée de la montagne était gelée et nous sommes descendus prudemment.  Nous sommes retournés dans le brouillard givrant et avons pu admirer la beauté des arbres gelés. 

Temperature inversion

This season sees some episodes of fog, sometimes lifting at around 10-11am, sometimes staying stubbornly stuck over the area.  Fortunately, we live at the foot of the Jura mountains and can hike up above the clouds which usually peak at 700-800m.

So, yesterday, we walked through town, the Verena gorge, the village of Rüttenen, entered the forest and started our climb. After walking for about 2h30, we reached (gasp) Balmfuechöpfli, a viewpoint where we had a picnic in  the sun. The Alps were clearly visible across the sea of fog.  Next stop was Röti, at 1395m,  on to Weissenstein and back down. 

This weather pattern leads to an inversion of temperatures where it might be 12° at 1200m and 4° at 400m which is below or in the fog. As we reached the cloud at  700m, we had to put our jackets, hats and gloves back on as we entered the cold(er) mist. 

En cette saison, il n’est pas rare que le brouillard s’installe, quelques fois il se lève vers 10-11h – ou reste obstinément toute la journée.. Heureusement, nous habitons au pied du Jura et pouvons monter au-dessus des nuages dont le plafond se situe souvent autour des 700-800m.

Ainsi, hier, nous avons traversé la ville, les gorges de la Verena et le village de Rüttenen avant d’entrer dans la forêt et de commencer notre montée. Au bout de 2h30 de marche, nous avons atteint le point de vue de Balmfluechöpfli (ouf!) et pique-niqué au soleil. Les Alpes étaient très clairement visibles par-dessus la mer de brouillard. Ensuite, nous sommes remontés vers le Röti, à 1395 m, avant d’entamer notre descente via Weissenstein. 

Ce phénomène climatique de plafond de brouillard amène une inversion des températures. Ainsi, les températures sont nettement plus douces (12° à 1200 m) en altitude qu’en plaine (4° à 400 m).  Quand nous avons atteint les 750 m, il nous a fallu remettre nos vestes, bonnets et gants pour nous enfoncer dans le froid humide. 

Above the clouds

The stratus was staying stubbornly at about 800m, so we took the bus to go up on the Jura mountains. 35 minutes later, we were starting our short hike to the Röti and, at only 1395m, were rewarded with 360° views, well above the sea of fog.

The Alps were clearly visible, as was the whole Jura mountain chain we had hiked through in the summer. It was much warmer than under the clouds, mild enough to picnic in shirt-sleeves and soak up the sun. We will be going back up regularly in the winter.

Au-dessus des nuages

Les stratus sont coincés à environ 800m d’altitude; nous avons donc pris le bus pour monter sur le Jura. 35 minutes plus tard, nous commencions notre montée vers le Röti. La récompense à 1395m : une vue à 360° au-dessus de la mer de brouillard.

Les Alpes étaient bien visibles ainsi que toute la chaîne du Jura que nous avions parcourue cet été. Il faisait beaucoup plus chaud qu’en ville et nous avons pique-niqué au soleil, sans veste. Nous y retournerons régulièrement durant l’hiver.

Trans Swiss Trail, stage 1

The Trans-Swiss Trail nr 2 goes from Porrentruy, in the Jura, to Mendrisio in Ticino, passing through Neuchâtel, Berne and the Emmental. It shares some paths with the Via Gottardo, notably the valleys leading to and from the Gotthard.

Porrentruy surprised us: instead of a big village, we discovered a small town of 6,600 inhabitants with a definitely French feel to it. The stage goes through many woods and ends at the pretty but very touristic small town of St-Ursanne on the Doubs river. Unfortunately, the whole day was overcast.

Le Trans Swiss Trail N° 2 relie Porrentruy, dans le canton du Jura, à Mendrisio, au Tessin. Il passe par les villes de Neuchâtel et Berne et traverse l’Emmental. Il partage quelques étapes avec la Via Gottardo, notamment les vallées amenant et quittant le Gothard.

Porrentruy nous a surpris, nous attendions un gros village et avons trouvé une petite ville de 6’600 habitants avec un petit air français. L’ étape nous fait passer par des bois et finit dans la jolie mais très touristique petite ville de St-Ursanne, sur le Doubs. Malheureusement, le ciel était couvert du début à la fin.

Across Baselland

After one week of rain, we were promised a couple of sunny, mild days, so we hopped on a train to Liestal to walk stage 2 of the Via Gottardo.

Liestal is the capital of the half canton of Basel Land (as opposed to Basel Stadt).
The walk then took us along train lines and a viaduct before going up on the Jura hills. We collected walnuts along the way.

A travers Bâle-Campagne

Après une semaine de pluie, Météo Suisse nous annonçait deux journées douces et ensoleillées. Nous avons donc pris le train pour Liestal, début de la deuxième étape de la Via Gottardo et capitale du demi-canton de Bâle-Campagne.

Le sentier court le long des rails, anciens viaducts pour nous faire monter sur un plateau ondulé du Jura. Nous avons fait une jolie récoltes de noix au long des petits chemins.

Strada alta

The Via Gottardo path nr 7 follows the bottom of the Leventine valley, passing through villages and small towns but staying close to the train track and freeway. So, we switched again to the nr 2, Trans Swiss Trail, and headed for the old Strada Alta, which keeps us at about 300-400m above the traffic. The hum of it is more or less present depending on the geography and the tunnels.

The path takes us through chestnut trees forests and little hamlets. We got to Osco and took the postal bus down to Faido as we had to get back to Solothurn.

These two long trails are a work in progress and we will be hiking the stages over this coming year.

Le sentier n° 7, Via Gottardo, reste dans le fond de la vallée de la Léventine, proche de l’autoroute et du rail, traversant de petites bourgades. Donc, nous avons à nouveau choisi le sentier n° 2, Trans Swiss Trail, qui suit l’ancienne Strada Alta. Nous sommes remontés depuis Airolo et avons suivi cette voie qui chemine à 300-400m au-dessus de la vallée. Le murmure du trafic est présent mais distant et disparaît en fonction de la géographie et des tunnels.

Nous avons traversé des châtaigneraies et des hameaux. Après avoir passé la nuit à Osco, nous avons pris le petit bus postal, qui fait office de bus scolaire, au petit matin afin de prendre le train à Faido pour rentrer à Soleure.

Ces deux longs sentiers sont un projet en cours et nous le continuerons ces prochains mois.

Centuries-old mule tracks and Via Tremola

The Gotthard has been a major north-south passage since  the 13th century, after a bridge was first built at the Schöllenen gorge, making transit possible. The hike up from Hospental is easy and pleasant and follows some old mule tracks.

On the way down, we picked blueberries while admiring the Via Tremola. This paved road was built between 1827 and 1832 and reconstructed in 1951; there are 24 hairpin curves over a distance of four kilometres and an elevation gain of 300 metres. The retaining walls are also quite beautiful. It is popular with motorcycles (but they go really slowly) and bicycles.

Before reaching Airolo, the path walks us through hazelnuts trees.

Sentiers muletiers centenaires et Via Tremola

Le Gothard est un lieu de passage majeur entre le nord et le sud de l’Europe depuis le XIIIe siècle. La construction d’un pont aux gorges Schöllenen rendit enfin le transit possible. La montée depuis Hospental est aisée, plaisante et suit les sentiers muletiers.

En redescendant de l’autre côté, nous avons cueilli des myrtilles tout en admirant la Via Tremola, route classée monument historique. Cette route pavée, construite entre 1827 et 1832, soutenue par de beaux murs de pierres fut reconstruite en 1951. Il y a 24 virages en épingle à cheveux sur une distance de 4 kilomètres avec un dénivelé de 300 mètres. Elle est populaire avec les motos, qui vont lentement, et les cyclistes.

Avant l’arrivée à Airolo, le sentier nous fait passer entre des haies de noisetiers.

A day for trains- and history-buffs

The original Gotthard train line opened in 1882 and was a feast of engineering and hard work. Wassen church on its promontory is visible under different angles, as the train makes several loops around it, coming in and out of tunnels, in order to gain and lose altitude over a short distance. In Göschenen, it enters the tunnel to emerge at Airolo in the Swiss Italian part. The contrast between the two villages, at a similar altitude, is strong, the latter being sunnier and warmer, a promise of the south.  Panoramic trains go further up, pass the Schöllenen Gorge, Andermatt and go all the way to Zermatt.

This part of the trail is also known as the Suworow path, named after the Russian general who marched his men from Milan to Flüelen to chase the Napoleonic troops out of this area. They went further to Ilanz, after the French had taken all the boats on the lake. The enemies battled at the gorge, by the devil’s bridge and there is a monument to the fallen Russians nearby.

We reached Andermatt early, visited their most lavish and ornate church and walked on a few kilometres to Hospental.

Une journée pour les fans de trains et d’histoire

Le premier tunnel du Gothard a été inauguré en 1882, un sommet d’ingénierie et de dur labeur. L’église de Wassen, sur son promontoire est visible sur 3 côtés  alors que le train dessine plusieurs cercles, tout en entrant et sortant de tunnels, pour pouvoir gagner et perdre de l’altitude rapidement sur une petite distance. A Göschenen, le train entre dans le tunnel pour émerger à Airolo, au Tessin. Le contraste entre les deux villages, quasiment à la même altitude est très marqué. Airolo est plus ensoleillé et plus chaud, la promesse du sud. Des trains panoramiques continuent la montée, passent les gorges Schöllenen, Andermatt et vont jusqu’à Zermatt.

Cette partie du sentier est également connue sous le nom de sentier Souvorov, du nom du général russe dont l’armée a marché de Milan à Flüelen, sur le lac des Quatre-Cantons, pour chasser les troupes napoléoniennes de la région. Le sentier va jusqu’à Ilanz car les Français avaient emmené tous les bateaux. Les ennemis s’étaient confrontés dans les gorges, près du pont du diable et un monument à la mémoire des soldats russes tombés lors de cette bataille est érigé juste à côté.

Nous sommes arrivés tôt à Andermatt et avons visité l’opulente église avant de finir notre journée quelques kilomètres plus loin  à Hospental.