A sunny birthday

A beautiful autumn day in Rotterdam for the birthday boy, cycling through Het Park in the early morning, Christmas market at the Norwegian seamen’s church and a couple of other outings. The sunset was also quite spectacular.

Une fort belle journée d’automne pour l’anniversaire de John. Balade matinale à vélo dans Het Park, visite du marché de Noël de l’église des marins norvégiens et autres sorties. Le coucher de soleil a été encore une fois spectaculaire

Sicily – markets

Markets are a pleasant daily (in Palermo and Catania; once or twice a week in smaller towns) occurrence with seasonal vegetables and fresh fish.

 

We both prefer Catania to Palermo and we enjoyed strolling around the town.20191004_093556.jpg

Les marchés sont un plaisir quotidien à Palerme et Catane (bi-/hebdomadaire dans les autres villes) avec un large choix de fruits et légumes saisonniers et poissons frais.

Nous préférons Catane à Palerme et avons déambulé dans la ville.

Sicily – churches

Sicily has, unsurprisingly, many churches and some particularly stand out, such as the Arab-Norman churches in Palermo and the cathedral of Cefalù, with their Byzantine interiors.

Sans surprise, la Sicile possède de nombreuses églises mais celles de Palerme et la cathédrale de Cefalù, de style arabo-normand et aux décors intérieurs byzantins sont particulièrement remarquables.

La Sicile baroque

We met in Catania and drove down to Sicily’s south east, known for its baroque towns. Noto, Ragusa, Modica, Caltagirone and Piazza Amerina (for its wonderful Villa Casale) were among the visits. The hills, between 400 and 700m, were surprisingly cool and we even had some fog.

 

 

This was followed by a couple of nights in pretty Siracusa, returning the car and a train ride inland to get to Palermo.

 

Nous nous sommes retrouvés à Catane et avons loué une voiture pour nous rendre dans le sud-est de la Sicile. Les visites ont inclus les villes baroques de Noto, Ragusa, Modica, Caltagirone et Piazza Amerina, avec sa superbe villa Casald. Nous avons été surpris par la fraîcheur des villes à 400-700m d’altitude et avons même eu du brouillard.

Ensuite, nous avons passé deux nuits dans la jolie ville de Syracuse, rendu la voiture et pris le train, par l’intérieur, pour Palerme.

Gouda cheese market

Gouda cheese market was first started in 1395.  The cheese wheels are delivered by horse and cart, then stacked on the ground by the farmers, before being sold in a traditional manner. This market is held every Thursday morning from April until the end of August in between Gouda’s city hall and the weighing house, which is also a cheese museum.

The farmers and traders, in white coats, clap hands to confirm each sale, a very theatrical spectacle.

Nowadays, some 60% of Dutch cheese is produced in the region surrounding the city of Gouda. It is known as “Cheese valley” (although there is not one hill on the horizon 😉).

 

Le marché aux fromages de Gouda existe depuis l’an 1395. Les meules de fromage sont amenées par des charrettes tirées par des chevaux et empilées sur le sol par les fermiers. Ceci se passe sur la place du marché entre le vieil hôtel-de-ville et la maison où étaient pesées les denrées et qui est aussi un musée du fromage.

Les fermiers et les commerçants, en blouse blanche, confirment leur accord sur chaque vente par un ballet de tapes de main, un spectacle très théâtral.

De nos jours, environ 60% de la production de fromages néerlandais se concentre dans la région de Gouda, dans ce qui est surnommé “la vallée du fromage” bien que pas la plus petite colline ne soit visible à l’horizon 😉).

Sighişoara and Sibiu

Peter and Sue were leaving for Australia on July 2 from Bucharest. So we had a few days available to visit Transylvania after our stay in Cluj-Napoca.

We travelled by train through green rolling hills and first stopped in the small town of Sighişoara. This village is the birthplace of Vlad III the Impaler, the inspiration for the character of Dracula. Its walled city is a World Heritage Site.


German influence is very present in these parts of Romania, architecturally as well as in German (and Hungarian) inscriptions on schools or on tombs. The station, like the city, has two sides with its dilapidated pylons on the platform and its brand new façade. Our Romanian trip ended in Sibiu (Hermannstadt) as we had to fly back to attend a wedding.

Peter et Sue repartait pour l’Australie le 2 juillet depuis Bucarest. Nous avions donc quelques jours de visites à disposition après notre séjour à Cluj-Napoca.

Nous avons voyagé en train à travers des paysages de collines verdoyantes et nous sommes d’abord arrêtés dans la petite ville de Sighişoara.

Ce bourg est le lieu de naissance de Vlad III l’Empaleur, inspiration du personnage de Dracula. Sa ville fortifiée est inscrite au patrimoine mondial de l’humanité. L’influence germanique est très présente tant dans l’architecture que dans les inscriptions en allemand sur les murs des écoles (avec le hongrois) ou sur les tombes. La gare, comme la ville a son côté pile et face avec ses pylônes délabrés sur le quai et sa façade flambant neuve.

Nous avons terminé notre court séjour en Roumanie à Sibiu car nous devions rentrer pour un mariage.

A few days in Serbia

We had a few spare days before going on to Romania, so we took the train to go to Serbia, while Peter and Sue stayed in Budapest.

There is only one train per day to Serbia at the moment because a new, faster line is being built which will put Belgrade only 3.5 hours away from Budapest. As it is, it took us 7 hours (including about 45 minutes at the border, leaving Schengen, changing trains, all done in a relaxed manner) to reach Novi Sad.

Novi Sad, situated on the Danube, is Serbia’s second city, the capital of Vojvodina and a university town. Its city centre is very pleasant, with crowded terraces from late afternoon well into the night, and a very good daily market full of delicious, ripe, fruit and vegetables from the region, rich in agricultural products. Novi Sad will be one of Europe’s City of Culture in 2021.

The first photograph represents the last king of Serbia, Peter.

We saw these posters of high school graduates all over town and were told it is a local tradition, that they stay in place for 3-4 months and that students are not told of the location of their photographs. So, they go on a sort of treasure hunt…

20190625_165343.jpg

We then took a 1 1/4 hour bus ride to Belgrade, a much larger city with a very different feel. We strolled through some parks, the fortress, walked through different parts of town. A new neighbourhood is being built along the Danube, with skyscrapers. In fact, there are an amazing number of projects underway, from hospitals to apartment buildings.  The old central train station no longer sees  trains but the buffet is open and tickets can still be bought there.

20190628_142055.jpg

Quelques jours en Serbie

Nous avions quelques jours à disposition avant de partir en Roumanie et avons pris le train pour nous rendre en Serbie tandis que Peter et Sue restaient à Budapest.

Il n’y a qu’un seul train par jour pour la Serbie en ce moment car une nouvelle ligne est en construction qui mettra Belgrade à 3.5 heures de Budapest. Actuellement, nous avons pris 7 heures pour arriver à Novi Sad, dont environ 45 minutes à la frontière avec changement de train, contrôles pour quitter l’espace Schengen, le tout se passant facilement.

Novi Sad, située sur le Danube, est la deuxième ville du pays, capitale de la Voïvodine et un centre universitaire. La vieille ville est très plaisante avec ses terrasses bondées du milieu de l’après-midi jusque tard dans la nuit. Son marché quotidien regorge de magnifiques frruits et légumes mûrs de la région qui est riche en produits agricoles. Novi Sad sera l’une des “Capitale européenne de la Culture” en 2021.

La première photographie est un portrait du dernier roi, Pierre de Serbie.

Nous avons vu ces posters des étudiants ayant passé leur bac/matu dans toute la ville. On nous a dit qu’il s’agit d’une tradition locale, qu’ils restent en place de 3 à 4 mois et que les étudiants ne savent pas où se trouvera leur photo. A eux de partir à la chasse au trésor…

Nous nous sommes ensuite rendus en 1.15 de bus à Belgrade, une ville plus grande et à l’atmosphère différente. Nous nous sommes baladés dans ses parcs, la forteresse et différents quartiers. Les bords du Danube sont en chantier et plusieurs gratte-ciels sont en construction. En fait, un nombre incroyable de grands projets sont prévus, des hôpitaux aux logements. La vieille gare centrale ne voit plus de trains mais le buffet reste ouvert et on peut y acheter des billets.

Memento Park, Budapest

When Communism collapsed in Hungary in 1989, the city of Budapest was left with many public works of art that celebrated the Communist era.

The city government decided to save the statues rather than destroy them and the idea for the Memento Park was born.

On June 29th, 1993, the second anniversary of the withdrawal of the last Soviet soldier from Hungary, Memento Park was opened, in the outskirts of Budapest.

This park, full of statues and plaques commemorating the heroes of Communism, is almost a graveyard of sorts for that period of Hungarian history.

 

 

The boots belonged to a massive statue of Stalin that was torn down during the October 1956 Uprising, after which only the boots remained. The stand is a replica of where the party apparatchiks reviewed military parades.

John standing next to this figure gives an idea of the larger-than-life aspect of propaganda art. The original of this statue was damaged in the October 1956 Uprising only to be replaced two years later with this copy.

 

 

Built in 1956, the year of the uprising, this monument to the Hungarian-Soviet “friendship” is retrospectively ironic.

20190618_121354.jpg

Perhaps the most disturbing aspect of Memento Park is in the hut where a grainy black-and-white film is shown. It was a training film for the secret police which showed them how to spy on citizens. Many tricks used in spy movies were based on reality.

 
A la chute du communisme, en 1989, la ville de Budapest s’est retrouvée avec de nombreux ouvrages célébrant cette idéologie.

La ville a choisi de conserver ces statues plutôt que de les détruire et l’idée du Memento Park est née.

Le 29 juin 1993, deux ans jour pour jour après le départ du dernier soldat soviétique du territoire hongrois, ce musée à ciel ouvert a ouvert ses portes au sud de Buda.

Le parc abrite une quarantaine de statues et plaques commémorant les héros de l’ère communiste et semble presque être un cimetière dédié à cette période de l’histoire hongroise.

Ces bottes appartenaient à une statue massive de Staline, abattue lors de la révolution d’octobre 1956 mais dont les bottes restèrent en place. La plateforme sur laquelle se trouve cette statue est une copie de l’estrade d’où les apparatchiks regardaient les parades militaires.

John est photographié à côté de ces statues pour montrer leur gigantisme. L’original avait été endommagé lors de la révolution de 1956 mais avait été remplacé deux ans plus tard.

Construit en 1956, l’année de la révolution, ce monument à l’amitié soviéto-hongroise est rétrospectivement ironique.

L’aspect le plus dérangeant de Memento Park se trouve peut-être dans le pavillon de bois où un film noir et blanc est montré. Il était utilisé par la police secrète pour enseigner les méthodes de recrutement et d’espionnage des citoyens.

Schiedam library

De Korenbeurs (Wheat Exchange) in Schiedam is a beautiful classicist building, designed by the Italian-Dutch architect Jan Guidici in 1792.

It has now become the home of the public library, making this listed building freely accessible to all citizens and visitors. But this library is special : it offers a wonderful indoor garden where people can read, relax, work or have a drink or snacks, the glass roof giving plenty of natural light.

With its rectangular courtyard and surrounding gallery, De Korenbeurs resembled a cloister. Since most cloisters have gardens, this led to the idea of an indoor garden. The trees are large, four to six metres high.

20190613_221101.jpg

Cicero once said: “If you have a garden and a library, you have everything you need”.

 

Bibliothèque de Schiedam

De Korenbeurs (la bourse au blé) à Schiedam est un bel édifice de style classique dessiné par l’architecte italo-néerlandais Jan Guidici en 1792.

Devenu la bibliothèque municipale, ce bâtiment classé est désormais accessible à tous, habitants comme visiteurs. Mais cette bibliothèque est spéciale : elle offre un superbe jardin d’intérieur où l’on peut lire, se relaxer, travailler ou prendre une collation sous la verrière qui inonde le lieu de lumière naturelle.

Avec sa cour rectangulaire entourée d’une galerie, De Korenbeurs ressemblait à un cloître. Comme la plupart des cloîtres ont un jardin, l’idée a germé d’en créer un dans la cour. Les arbres sont d’une belle taille: de 4 à 6 m de hauteur.

Cicéron a un jour dit: “Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu’il vous faut.”

Pueblos blancos

We rented a car and visited some of the pueblos blancos or white villages of Andalucía.

First stop: the pretty town of Antequera with its Arabic fortress with views of the Peña de los enamorados (the lovers rock,also known as the mountain of the Indian because of its shape). According to a local legend, two young Moorish lovers from rival clans threw themselves from the 800m rock rather than surrender to the girl’s father and his men and be separated. This romantic story was later adapted and the lovers became a Muslim girl and her father’s Christian slave.

In El Chorro, popular with climbers, the newly-renovated and secured Caminito del Rey accepts 1500 guests per day online plus 100 tickets locally available. The tickets online were sold out throughout the month of May but we did not check the local ones because we are not interested in hiking in hordes. We have since read that this path is applying for World Heritage List status.

We went on to the pretty town of Ronda and also stopped at Olvera, which is recognisable from a good distance because of its two high points, a church and a Moorish castle.

20190510_094236.jpg

We spent one night in Zahara de las sierras, ideally located above an artificial lake and woke up to an overcast sky.

In Arcos de la Frontera, the crochet club seems to be alive and well as the sunscreens as well as some street signs were crocheted.

20190510_100136.jpg

Jerez(and a visit to a bodega), the pleasant city of Cadíz and Malaga were also stops on our way back to Granada for a flight to our next destination.


Nous avons loué une voiture et visité quelques “villages blancs” d’Andalousie.

Premier arrêt, la jolie ville d’Antequera avec sa forteresse arabe dominant la ville avec vue sur la montagne Peña de los Enamorados (le rocher des amoureux, également appelée montagne de l’Indien pour sa forme qui rappelle la tête d’un Indien allongé). Selon une légende locale deux jeunes amoureux Maures de clans rivaux se jetèrent dans le vide du haut de la falaise de 800m plutôt que de se rendre aux troupes du père de la jeune fille et être séparés à jamais. Cette histoire romantique fut adaptée au cours des siècles et les amoureux devinrent une jeune musulmane et l’esclave chrétien de son père.

A El Chorro, populaire auprès des amateurs d’escalade, le sentier du Roi a été rénové et sécurisé. Il est possible d’acheter 1500 billets en ligne par jour et 100 tickets supplémentaires sont disponibles sur place. Tous les billets en ligne étaient vendus pour tout le mois de mai (le 2!), nous avons choisi de ne pas parcourir ce sentier avec tant de monde. Nous avons depuis appris que ce sentier postule pour le statut de patrimoine mondial.

Nous avons continué notre route vers la jolie ville de Ronda et nous sommes aussi arrêtés à Olvera, reconnaissable de loin grâce à ses deux promontoires dominés par une église et une tour maure. Nous avons aussi passé une nuit à Zahara de las sierras, village idéalement situé sur les pentes d’une montagne surplombant un lac de barrage.

Arcos de la Frontera semble avoir un club de crochet très actif: les écrans pare-soleils et certains panneaux de signalisation y sont crochetés. Avant notre retour à Grenade pour un vol vers notre prochaine destination, nous avons pris le temps de visiter Jerez (tour d’une bodega), la plaisante ville de Cadix et Malaga.