Two emblematic churches in Marseille

The two most emblematic churches of Marseille (Notre-Dame de la Garde and the Cathedral of La Major) are quite recent, having both been (re)built in the 19th century. There had been a number of churches in these locations for many centuries.

Notre-Dame de la Garde stands high above the city, offering sweeping views, and is recognizable from a long way away. Inside the basilica, the decoration is rich, golden, with red and white marbles, the mosaics are in Byzantine style.

On top of the church, there is a gold-covered statue of Mary, protector of the city and its sailors. Many plaques testify to the attachment of the people of Marseilles and the people of the sea.

The Cathedral sits on an esplanade between the Vieux-Port, Le Panier and La Joliette. It is the only cathedral built in France in the 19th century. Its spectacular dimensions are similar to those of St. Peter’s Basilica in Rome, which allows it to receive up to 3,000 people! This large scale was intended to show the power of the city, at a time when Marseille was the largest port in France and a stopover point for ships from all over the world.

“The Major combines Roman and Oriental styles, thus opening a cultural door to the East.  It also has bell towers and domes. Once inside, you can admire its unique and majestic architecture: the Byzantine arcades, statues and magnificent mosaics. The materials chosen are equal to its excess: white marble from Carrara, porphyry, onyx from Italy and Tunisia, mosaics from Venice and green stones from Florence.”

Deux églises emblématiques de Marseille

Les deux églises les plus emblématiques de Marseille, Notre-Dame de la Garde et la Cathédrale de la Major, sont assez récentes puisqu’elles ont toutes deux été (re) construites au XIXe siècle. Toutefois, des églises avaient été érigées sur ces lieux-même pendant des siècles.

Notre-Dame de la Garde se situe sur la colline la plus haute de la ville avec des vues plongeantes sur la ville et est visible loin à la ronde. A l’intérieur, la décoration est riche, dorée et des marbres blancs et rouges ont été utilisés, alors que les mosaïques sont de style byzantin.

Au sommet de la basilique trône une statue dorée de Marie, protectrice de la ville et de ses marins. De nombreuses plaques témoignent de l’attachement des Marseillais et des gens de la mer.

La Cathédrale est située sur une esplanade, entre les quartiers du Vieux Port, du Panier et de la Joliette.  C’est la seule cathédrale construite en France au XIXème siècle. Ses dimensions spectaculaires sont semblables à celle de la Basilique St Pierre de Rome, ce qui lui permet de pouvoir accueillir jusqu’à 3 000 personnes ! Cette taille grandiose visait à montrer la puissance de la cité, à une époque où Marseille était le plus grand port de France et servait d’escale à des navires venus du monde entier.

“La Major allie les styles romains et orientaux, ouvrant ainsi une porte culturelle sur l’Orient.  Elle possède en outre des clochers et des coupoles. Une fois à l’intérieur, vous pourrez admirer son architecture unique et majestueuse : les arcades byzantines, les statues ainsi que de magnifiques mosaïques. Les matériaux choisis sont à la hauteur de sa démesure : marbre blanc de Carrare, porphyre, onyx d’Italie et de Tunisie, mosaïques de Venise et pierres vertes de Florence.”

Marseille

It had been more than 20 years since we had been in Marseille and the city has changed enormously.

It is much more lively and many young people have moved here, thanks to cheaper rents and possibilities to set up cafés and canteens at accessible costs. The docks area has been revamped, the buildings have been renovated but, unfortunately, turned into office spaces and shops. The mixed living of the Dutch would have been great here.

Marseille was chosen as a European Capital of Culture in 2013 and, as is often the case, it was a motor for change. The MuCEM (Museum of Mediterranean civilisations) opened that year, right at the entrance of the Vieux-Port. While there are still far too many cars, we saw progress in public transport and pedestrian areas.

Cela faisait plus de 20 ans que nous n’étions plus allés à Marseille et la ville a beaucoup changé.

La ville est plus vivante et beaucoup de jeunes s’y sont installés, les loyers abordables offrant des possibilités d’ouvrir des cafés, cantines et autres commerces à un coût accessible. Les docks ont été rénovés et aménagés en bureaux et magasins mais pas, malheureusement, en logements. Les immeubles à usage multiple dees Néerlandais auraient pu bien fonctionner ici.

Marseille avait été choisie pour être la Capitale européenne de la Culture en 2013 et, comme souvent, cela avait été un moteur de changement pour la ville. A l’entrée du Vieux-Port le MuCEM (Musée des Civilisations de la Méditerranée) a ainsi ouvert cette année-là. Bien que les voitures soient encore beaucoup trop présentes, nous avons pu voir des progrès de mobilité douce, transports publics et zones piétonnes.

Peñiscola

We stopped for a couple of days in Peñiscola on our way back up the coast and enjoyed our time there.

The old town is well preserved and has been the backdrop of many movies and, more recently, has appeared in season 6 of Game of Thrones.  The castle was built by the Templars on the remains of an Arabic fortress. It was used by three popes and Peñiscola became the third papal seat, together with Rome and Avignon.

The beach stretches a long way across and the bay is lined with hotels but, at this season, the tourists were mostly local. The sea was still warm and we enjoyed going for swims, followed by long walks on the beach.

We stayed in a small pension in town, that happened to have one of the two top-rated restaurants, so we thought it was the place to taste a well-prepared paella. Also, while we ate our fish the first evening, the restaurant was filled with Spaniards eating paella or fiideuà, a good sign.

Nous avons passé deux nuits à Peñiscola et nous y sommes beaucoup plu.

La vieille ville est bien préservée et a servi de décor à plusieurs films et, plus récemment, est apparue dans la sixième saison de Game of thrones. Le château a été construit par les Templiers sur les ruines d’une forteresse arabe. Elle a été le lieu de résidence de trois papes, une époque où Peñiscola devint le troisième siêge papal avec Avignon et Rome.

La plage s’étend sur des kilomètres et la baie est bordée d’hôtels mais, à cette saison, le tourisme était surtout local. La température de l’eau était encore agréable et nous avons pu profiter de baignades suivies de longues balades sur la plage.

Nous sommes restés dans une petite pension qui tenait l’un des deux meilleurs restaurants de la ville, l’endroit parfait pour déguster une paella préparée dans meilleures conditions. Le premier soir, alors que nous avions pris du poisson, le restaurant étaient plein d’Espagnols venus se régaler de paella et fideuà, un bon signe.

A short stay in Valencia

We were not able to book more than two nights in Valencia, so we pretty much only had one full day in the city.

Still, we had time to stroll, visiting the World Heritage-listed old silk exchange and the central food market, which is still a fully functional and working market. We just took the one photo of the ceiling, so as not to disturb the locals going about their shopping. It almost felt like being in a cathedral dedicated to food, which was all fresh and appetizing. A bar on the outside had an interesting offer : buy your meat or fish from the market and they will cook it  for you (for a few euros), according to your preferences. We saw 5 blokes sharing a couple of big T-bone steaks, accompanied by vegetables, and washed down with a couple of bottles of red wine – and that was at 11 am.

We also walked through a part of Turia Park (a 9-10 km long stretch of green going through the city where a river used to run – and sometimes come out of its bed).

We went to the gorgeous North Train Station to check the information that most trains were booked out. It was confirmed, so we decided to stick to regional trains and head back up the coast, going short distances.

Un court séjour à Valence

Nous n’avons pas pu réserver plus de deux nuits à Valence et notre séjour s’y est réduit à un peu plus d’une journée complète.

Nous en avons profité pour nous balader, visiter la bourse de la soie (inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco) et le marché central, qui est encore fonctionnel et axé sur la population locale. C’est pour cette raison que nous n’avons pris qu’une photo du plafond, afin de ne pas déranger les acheteurs et marchands. On se serait cru dans une cathédrale dédiée à la nourriture, fraîche et appétissante. Un bar à l’extérieur du bâtiment proposait de cuisiner, pour quelques euros, les produits achetés (viande ou poisson) au marché (à la plancha, réchauffés, à la vapeur).  Nous avons vu 5 hommes se partager deux côtes de boeuf, accompagnés de légumes et de deux bouteilles de vin rouge – à 11 heures.

Nous nous sommes aussi promenés dans une partie du parc Turia, un poumon vert qui traverse la ville sur une dizaine de kilomètres. La rivière Turia y coulait encore il y a quelques décennies et y sortait parfois de son lit. Elle a été redirigée et ce parc est rapidement devenu très populaire.

Finalement, nous nous sommes rendus dans la magnifique Gare du nord pour vérifier que tous les trains vers les villes étaient bien complets. Ceci nous a été confirmé et nous avons alors décidé de prendre des trains régionaux pour remonter la côte.

Monopoli and the end of the Puglian trip

We took a bus from Martina Franca to Monopoli via Fasano, where we had to change. In true Italian fashion, the bus dropped us off at a street corner, with no bus stop marked, although city buses stopped nearby but nobody seemed to have a clue whether a bus for Monopoli would show up – and where.

Fortunately for us, there were a couple of young women from the area, also going to Monopoli, who were as puzzled as we were but knew somebody who worked for this particular bus company.  They called that person a number of times to check a) that there would be a second bus b) that we were (roughly) in the right spot c) whether we had missed it, since it was already 20 minutes overdue.  Ten minutes later, the four of us were the only passengers on a bus speeding down the freeway. The bus driver had blown the horn and yelled at us to jump onboard, which was as well, since the destination was marked Brindisi, in the opposite direction and we could easily have missed it. A bit of fun and adventure.

Monopoli was nice enough, with a few tiny beaches but, with the cold wind that has been with us for one week, we did not feel like swimming. So, we just strolled around town, saw another spectacular church and chatted with some Filipina nuns.

Bari was our last city visit in Puglia and we did not enjoy it. We found people dour, unfriendly and grumpy, quite a change from the rest of our trip in the region.

Monopoli et la fin du voyage dans les Pouilles

Nous avons pris un bus de Martina Franca à Monopoli via Fasano, où il y avait un changement. Le bus nous a déposé au coin d’une rue. Il n’y avait aucune indication d’un arrêt, à l’italienne. Les bus de la ville ne s’arrêtaient pas loin mais personne ne pouvait nous dire s’il y aurait un bus pour Monopoli ni où il s’arrêterait.

Heureusement pour nous, il y avait deux jeunes femmes de la région qui se rendaient aussi à Monopoli et qui étaient aussi perdues que nous. L’une d’elles avait une connaissance qui travaillait pour la compagnie de bus et elle l’a appelée plusieurs fois pour essayer d’en savoir plus. Allait-il y avoir un deuxième bus ? Etions-nous plus ou moins au bon endroit ? L’avions-nous raté ou avait-il tout simplement du retard ?  Dix minutes nous étions les seuls quatre passagers d’un bus filant à vive allure sur l’autoroute. Le chauffeur avait klaxonné en nous criant de monter dans le bus et heureusement car le bus indiquait Brindisi, la direction opposée et nous l’aurions sans doute raté. Un peu d’aventure.

Monopoli était OK, avec quelques petites plages mais le vent froid qui nous a accompagné depuis une semaine ne nous a pas incité à nager. Nous nous sommes simplement promenés dans la ville, avons visité une autre église spectaculaire et parlé avec quelques nonnes philippines.

Bari, dernière ville de notre tour dans les Pouilles ne nous a pas plu.  Nous avons trouvé les gens généralement peu aimables voire désagréables, un grand contraste avec le reste de notre séjour.

Alberobello and Locorotondo

Alberobello is world-famous for its trulli and the town has been listed on the Unesco World Heritage.  Trulli can be found everywhere dotted about in the countryside, and in towns, of the Valle d’Itria.  They come in all kinds of sizes, uses and states of renovation or disrepair.

To learn more about the history and the use of trulli, the Unesco website (https://whc.unesco.org/en/list/787) gives a lot of information.

We were there around 9 am and it was not crowded. Tour buses started arriving around 10:30. We were surprised to see that a large number of the trulli had been turned into tourist shops in the area of the largest concentration of them. Perhaps naively, we had thought that the status of heritage list would prevent shops being established right there.  In other parts of town, however, trulli are inhabited.  Still, we are glad to have visited the town, they truly (:)) ) are amazing constructions.

Locorotondo is a much smaller, whitewashed  town perched on a hill and  pleasant.

Alberobello est connue dans le monde entier pour ses trulli et la ville est inscrite au patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco.  On peut voir les trulli dans toute la vallée d’Itria, dans les campagnes comme dans les petites villes.  Elles sont de formes différentes, beaucoup sont transformées en maisons de vacances ou hôtels et elles vont d’entièrement rénovées à totalement en ruines.

Pour  en savoir plus sur leurs histoire et usages, le site de l’Unesco (https://whc.unesco.org/fr/list/787) est instructif.

Nous sommes arrivés à Alberobello avant 9h du matin et avons pu nous promener dans de bonnes conditions. C’est vers 10h30 que des bus ont déversé de nombreux visiteurs.  Nous avons été surpris de voir que beaucoup de trulli dans le quartier à la plus grande concentration étaient des magasins pour touristes. Nous avions, naïvement sans doute, pensé que l’inscription à l’Unesco empêcherait l’établissement de commerces à cet endroit particulier.  Dans le reste de la ville, des trulli sont éparpillés et habités.
Nous sommes contents d’avoir visité la ville car ces constructions sont incroyables.

Locorotondo est une plus petite ville, aux maisons blanches et perchée sur une colline et il est plaisant de s’y balader.


Martina Franca, a lovely surprise

We originally booked a couple of nights in Martina Franca because it was much cheaper to stay there than in either Alberobello or Locorotondo, the two draws of the area. The train to these two towns would take 20 and 10 minutes, so it made sense.

Nobody had recommended we visit this town, and we thought it might be a bit drab.  The beauty of its old town, thus, came as a total surprise: charming squares, little lanes, palazzi, a lovely cathedral, all these in the pedestrian centre, a real find.

Some of the 1950-60s buildings have been nicely renovated – Quelques immeubles des années 50-60 ont été joliment rénovés

We had a couple of very good meals at Luba bistrot, a restaurant that opened about 18 months (and had to close promptly due to the second lockdown). The ingredients come from the area, the valley of Itria, which is very fertile and produces some of Puglia’s most famous delicacies, such as capocollo (a coppa) or mozzarella di Gioia di Colle, among others.

We visited Alberobello and Locorotondo on the second day but were really happy to have stayed in pretty Martina Franca.

Martina Franca, une belle découverte

Nous n’avions réservé deux nuits à Martina Franca que parce que les prix y étaient plus bas qu’à Alberobello et Locorotondo, les deux destinations phares de la région. Le train pour ces deux villes ne prenant que 20 et 10 minutes, cela faisait sens.

Personne ne nous avait recommandé Martina Franca et nous attendions à une ville un peu tristounette.  La beauté de sa vieille ville, entièrement piétonne, nous a donc pris par surprise avec ses petites ruelles, sa cathédrale, ses petites places et palais. Une jolie trouvaille.

Nous avons eu deux bons repas au bistrot Luba, un restaurant qui a ouvert il y a 18 mois (et dû rapidement fermer lors du deuxième lockdown).  Ils utilisent les ingrédients de la région, la vallée d’Itria, qui est très fertile et produits quelques-uns des produits les plus renommés des Pouilles, tels que le capocollo (une coppa) ou la mozzarella di Gioia di Colle, parmi d’autres.

Nous avons visité Alberobello et Locorotondo le lendemain mais étions contents d’avoir séjourné dans cette petite ville.

Lecce – baroque and beautiful

After almost two weeks in Marche, and being halfway down Italy, we took the train down to Lecce.  We had wanted to visit Puglia but, somehow, never got around to it.

Our first stop was the second city of the region, and we immediately loved it.  Its small meandering lanes, beautiful buildings (even the rundown ones), its liveliness, pasticcerie, friendly attitude to bicycles, appealed to us.  Cars, while present, were not overwhelming, which is unfortunately still often the case in Italy.

We live in a baroque city, but the limestone  used in Lecce, from the area (pietra leccese), is very malleable, allowing the sculptures to reach new levels of details and intricacies.  This has led to the term of “barocco leccese” with characteristics and a specific vocabulary to describe it.

Getting into the modern, commercial part of town, past the pleasant Giardino Garibaldi, we visited the Chiesa Sant’Antonio Fulgenzio. This church was built in the early 1900s, when this part of town was undeveloped, on land donated to build a sanctuary.  The décor was described to us by the young priest (who was sweeping the floor) as neo-gothic and quite impressive.

Coup de coeur pour Lecce, belle et baroque


Après deux semaines dans les Marches et à mi-chemin de la botte italienne, nous avons repris le train pour nous rendre à Lecce.  Cela faisait de nombreuses années que nous voulions visiter les Pouilles sans y parvenir.

Notre premier stop a donc été la deuxième ville de la région et nous en sommes immédiatement tombés sous le charme. Ses petites ruelles sinueuses, magnifiques bâtiments (même les non rénovés ou entretenus sont d’une grande beauté), son animation, ses pâtisseries-bars, pistes cyclables, tout nous a plu. Les voitures, bien que présentes ne dominent pas le centre ville, ce qui est malheureusement encore souvent le cas en Italie.

Nous vivons dans une ville baroque mais la pierre calcaire utilisée à Lecce (pietra leccese) est extrêmement malléable, ce qui a permis la réalisation de sculptures d’une exceptionnelle richesse.  On parle même d’un barocco leccese, un « baroque de Lecce », qui possède des caractéristiques et un vocabulaire architectural qui lui sont propres.

Nous nous sommes aussi rendus dans la partie commerciale, de l’autre côté du jardin public Garibaldi et y avons visité la Chiesa Sant’Antonio Fulgenzio.  Cette église a été érigée au début du 20e siècle, bien avant que le quartier ne se développe dans les années 60.  Le terrain avait été donné à la ville afin d’y construire un sanctuaire.  Le jeune prêtre (qui balayait son église) nous a décrit le décor impressionnant comme néo-gothique.

A market town

Solothurn has a wonderful market : on Wednesdays and Saturdays, mostly local farmers come and sell their varied crops.  Apart from some Italian re-sellers and apricot farmers from Valais during the summer, most of the food is produced in the area, within 20 kms.  There are more stalls on Saturday and many shoppers come from the Swiss-French cantons.

We spread our fruit and vegetables shopping among a number of stalls, because we feel it is important to keep as many farmers coming as possible.
Some are quite specialized : we buy all  our apples and pears (and asparagus in the spring) from a farm along Lake of Bienne. That farm will turn 100 years old next year (pretty young in a town that has seen its market start in 1321) and has thousands of trees and a variety of fruit to suit every taste.

We buy all our cheeses from a farmer in the Jura. His farm is situated at 800m, he has 24 cows, as well as some goats and ewes.  Besides his own production, he also offers a very good selection of wonderful other cheeses.

We have had a long season of cherries, as different varieties saw them last from end of May until early August. The farmer we bought them from was also the only one who proposed blackcurrant and we could enjoy some delicious cakes. Their peaches were also tasty, freshly-picked in the morning, ripe, soft and juicy.

In mid-August, there is an event over one week, the Solothurn baroque days, and we see people wandering around town dressed up, with powdered wigs  and faces. For the occasion, the Saturday market was a bit different with baskets, people dressed in their regional peasant attire.

Soleure et son marché

Soleure a un marché formidable : tous les mercredis et samedis, des fermiers locaux y vendent leurs récoltes.  A part  quelques revendeurs de produits italiens et des abricots du Valais en été, les fruits et légumez viennent de la région dans un rayon d’une vingtaine de kilomètres. Le  marché du samedi matin est plus grand et  voit de nombreux Suisses romands venir y faire leurs achats.

Nous achetons nos produits dans plusieurs stands car il nous semble important que de nombreux paysans continuent de venir nous apporter leurs délicieuses récoltes.  Certains sont très spécialisés : nous achetons nos pommes et poires (et asperges au printemps) d’une ferme située au bord du lac de Bienne. Cette entreprise familiale va bientôt fêter ses 100 ans (ce qui semble jeune dans une ville où le marché existe depuis 1321). Elle compte des milliers d’arbres fruitiers et offre des variétés pour tous les goûts.

La saison des cerises a duré longtemps puisque le grand choix de variétés a permis d’en proposer de fin mai à début août.  Le fermier chez qui nous les achetions était aussi le seul à proposer des cassis qui nous ont offert de bons gâteaux. Leurs pêches étaient aussi délicieuses, cueillies le matin même, mûres et juteuses.

Nous achetons tous nos fromages d’un paysan du Jura bernois dont la ferme est située à 800m d’altitude. Il possède 24 vaches, des chèvres et des brebis. A part sa production propre, il propose un beau choix de fromages d’autres producteurs.

A mi-août ont lieu les Journées baroques de Soleure et les gens déambulent en costumes et perruques poudrées. A cette occasion, le marché du samedi est quelque peu différent avec les vendeurs dans leurs costumes paysans traditionnels et les anciens paniers et outils joliment mis en valeur.