Böögg burning

In the evening of Ash Wednesday, after almost a week of festivities, we stood on Marktplatz at 8 pm to watch the burning of the Böögg, a tall figure. It marked the end of the “5th season” and its appearance varies from year to year.

In 2022, it represented a dancer turning on itself. Just in case it was not clear enough, the word “danzööse” (a German phonetic writing of the French word) was written on its back. In 2020, the event did not take place because of strong winds and the risk of burning down the whole town.

https://youtube.com/shorts/x726COf4tTA?feature=share

https://youtube.com/shorts/DE5POLe3hMk?feature=share

Mise à feu du Böögg

Le soir du mercredi des Cendres, à la fin de près d’une semaine de célébrations, nous nous sommes retrouvés sur la place du Marché pour assister à la mise à feu du Böögg. Cet événement marque la fin de la “5e saison”.

Son apparence change d’une année à l’autre. En 2022, il s’agissait d’une danseuse tournant sur elle-même. Le nom “danzööse” était inscrit sur son dos, si son allure n’était pas suffisamment claire. En 2020, il n’avait pas été possible de brûler le Böögg pour cause de bourrasques de vent et le risque que la ville entière ne prenne feu était trop grand.

Colourful Carnival

Every evening, people and music bands have been out and about (already practicing one week before Carnival) but, on the week-end, the city’s streets were packed from noon (after the market) until deep into the night.

We must have been the only people without a costume and make-up.  Every age group was dressed up and made up, colours were bright, and there were some very creative ideas.

There were numerous bands playing in the streets, bars were full of happy revellers in the evening, dancing, singing – and no mask in sight.  The only reminder of the pandemic being that the float parades did not take place, as preparations had stopped in December when it looked like Carnival might be scrapped this year again.

https://youtube.com/shorts/-gwK9ka8zh8?feature=share

https://youtube.com/shorts/KSDyo5uGCXU?feature=share

Addendum: One week later, Covid infection numbers were up by 93 %.

Carnaval coloré

Tous les soirs depuis le jeudi, il y a des gens dans les rues et des fanfares (qui pratiquaient déjà depuis une semaine). Mais le week-end, les rues étaient bourrées de monde dès midi jusque tard dans la nuit.

Nous étions sans  doute les seuls sans maquillage ou déguisement.  Toutes les tranches d’âge portaient des déguisements, des bébés aux octogénaires. Les couleurs  étaient vives et les costumes créatifs.

De nombreuses fanfares jouaient dans les rues, les bars étaient remplis le soir de fêtards chantant et dansant – sans un masque à l’horizon. Le seul rappel de la pandémie : le défilé des charsn’a pas eu lieu, car les préparations s’étaient arrêtéesen décembre, car l’on craignait de devoir à nouveau annuler le Carnaval.

Une semaine plus tard, les infections avaient augmenté de 93 %.

Carnival – Chesslete

Although there have been many signs of the upcoming Carnival for several weeks, the actual week festivities in Solothurn begin with the ‘Chesslete’ which took place this morning at 5 am. Each Carnival has its specificities and this event is typical of this town, although it has now spread to the whole canton.

An estimated 10 to 12’000 revellers took to the streets in white shirts, night caps and red scarves to rouse the inhabitants with a cacophony of loud instruments, usher in the ‘fifth season’, as the carnival celebrations are known and chase the winter away.

Yesterday afternoon, under the sun, it was the young children who took to the streets, babies in cots were also dressed in white night gowns.  Many wore ear protections and some slept straight through.

Bien qu’il y ait eu de nombreux signes depuis quelques temps que la période du carnaval allait arriver, les festivités pour une semaine ont débuté ce matin à 5 heures par le “Chesslete”. Chaque carnaval a ses spécificités et cet événement est typique de la ville de Soleure, bien qu’il soit maintenant observé dans tout le canton.

Une foule de 10 à 12’000 personnes en chemises et bonnets de nuit blancs avec des foulards rouges et des “instruments” tels que cloches de vaches, casseroles, crécelles et trompettes ont réveillé la population pour « la cinquième saison », nom donné à la période du carnaval, et pour chasser l’hiver.

Hier après-midi, sous le soleil, les petits, habillés de la même manière mais équipés de casques anti-bruit, ont eu leur défilé. Des bébés réussissaient à dormir dans leurs chariots.

Büren an der Aare and the Huguenots

In the 17th century, thousands of Huguenots (French protestants) and Waldensians (a pre-Reform movement) from Piedmont found refuge in the small town of Büren an der Aare on their way to Germany.  This Bernese town was the last stop before entering the catholic canton of Solothurn whose local authorities allowed the refugees’ boats to transit through their territory.

After decades of near tolerance, with waves of repression, the French king revoked the edict that allowed the Protestant faith to be practised.  This led to many citizens fleeing the country, although they were prohibited to do so.  Therefore, the French Ambassador, whose residency was in Solothurn, requested that the boats be stopped there and that any French citizen be handed over to him so they could be sent back to France.

Solothurn refused and received the support of the Swiss Confederation.  The refugees were issued Bernese laissez-passer, the boats transited through the canton and the Ambassador of France could do nothing to stop them.

The town was first mentioned  in the late 12th century and a bridge was built in 1275.  The town’s earnings came from the bridge tolls and transport of goods, such as wine, timber and tobacco.  Nowadays, it is a pleasant stop on boats travelling between Biel and Solothurn and several bike and walking paths pass through it.  It has a population of about 3,700 inhabitants.

We walked back to Solothurn on one of the legs of the  Seeland path (nr 76), passing through villages and woods.  There is also a path along the river.

Büren an der Aare et les huguenots

Au XVIIe siècle, des milliers de huguenots et Vaudois du Piémont en route pour l’Allemagne trouvèrent refuge dans la petite ville de Büren an der Aare. Cette petite cité bernoise était la dernière escale protestante avant l’entrée sur le territoire catholique de Soleure dont les autorités  permettaient le transit des bateaux des réfugiés.

Après des décennies de tolérance, avec des vagues de pépression et persécutions, le roi Louis XIV révoqua l’édit de Nantes qui permettait la pratique de la religion protestante.  Cela amena de nombreux citoyens à quitter le pays, bien qu’ils en aient eu l’interdiction.  L’ambassadeur de France, dont la résidence était à Soleure, demanda que les bateaux y soient stoppés et que tous les citoyens français lui soient remis pour qu’il puisse les renvoyer en France.

Soleure refusa et reçut le soutien de la Confération.  Les refugiés reçurent des laissez-passer de Berne et les bateaux purent transiter sans souci.  L’ambassadeur de France ne put rien faire pour les en empêcher.

Büren an der Aare est mentionnée pour la première fois à la fin du XIIe s. et un pont y est construit en 1275.  La ville obtint ses revenus d’une taxe pour traverser le pont et du transport et transfert de marchandises sur la rivière (vins, bois, tabac, etc.).  De nos jours, c’est un arrêt apprécié des bateaux entre Bienne et Soleure, des cyclistes et des randonneurs, plusieurs sentiers passant par la ville. On y compte approximativement 3700 habitants.

Nous sommes rentrés à Soleure en empruntant l’une des étapes du sentier du Seeland (nr 76), en passant par des villages et des forêts.  Il y a aussi un sentier le long de l’Aar.

Gardening at the monastery

Solothurn has a number of monasteries and convents of different orders, some still working, most hidden by high walls.

The Kapuchin monastery opened in 1592 and saw its last monk leaving in 2003.  After several years of inaction, an association was set up in the Franciscan spirit and the monastery and its garden came back to life and are now open to the public on many occasions.  It works closely with the local schools, various foundations and the integration of asylum-seekers and many events are organised (cooking classes, healing plants, Christmas market, concerts, etc.). 

Jenny has volunteered to work in the garden of the monastery and been going several times, harvesting potatoes, picking grapes, hops, collecting the last tomatoes. Each afternoon session ends with grilled sausages, bread, wine, beer and friendly chatter, mostly in the local dialect.

Recently, a class of 9-10 year-olds came and prepared a big soup with the pumpkins of the garden while another was baking breads and brioches.  The money collected went to a charity that looks after bereaved families. A good way to teach children about growing food, cooking and empathy.

Jardinage au monastère

Soleure a un certain nombre de monastères et couvents, cachés derrière de grands murs.  Certains sont encore en activité.

Le monastère des capucins a ouvert en 1592 et vu son dernier moine partir en 2003.  Après quelques années d’inaction, une association a été formée dans l’esprit franciscain et le monastère et son jardin ont  retrouvé une nouvelle vie et sont désormais régulièrement ouverts au public.  Le monastère et son association travaillent étroitement avec les écoles de la ville, des fondations et à l’intégration des réfugiés.  Divers événements y sont organisés (cours de cuisine, notamment par des réfugiés, connaissances des plantes médicinales, soirées fondues, marchés artisanaux et marché de Noël).

Jenny s’est portée volontaire pour travailler au jardin et s’y est rendu régulièrement cet automne pour cueillir le raisin ou le houblon, ramasser les patates, etc. Chaque après-midi de travail se finit autour d’une table sous la tonnelle avec saucisses grillées, pain, vins, bières et conversations enjouées, commencées en allemand mais retournant assez vite au dialecte local.

Récemment une classe de 9-10 ans est venue préparer une soupe avec les courges du jardin tandis qu’une autre préparait des tresses et pains. L’argent collecté (au bon vouloir) a été remis à une association oeuvrant après d’enfants et de familles endeuillées. Une belle manière d’enseigner aux enfants d’où viennent les légumes, la cuisine et l’empathie.

HE(rbstmesse) SO(lothurn)

Throughout autumn, there are numerous fairs in Switzerland (Comptoir suisse in Lausanne, Olma in St-Gallen, Foire de Martigny, etc.) and Solothurn also has its own.

This local fair is free-of-charge, on the edge of the old town (races take place in the dried moat) and very child- and family-friendly.  As well as the usual displays of garden furniture, saunas, sewing machines and wines, etc., an event brought lots of fans every day after school : the piglets race.  Children volunteered to introduce each piglet (18 of them in 3 races), then they also ran and every child was rewarded with an apple.

On Saturday morning, there was a junior competition in Swiss wrestling.  They can start practicing as early as 4 years old.  There were different age brackets but the physiques can vary a lot within a group.  There is an emphasis on respect for the adversary, shaking hands and the winner brushing off the dust off his unlucky opponent. The little ones were cute, had to have their clothes adjusted and did not seem to enjoy too much rolling in the sawdust. There were also two little girls.

Foire d’automne

Beaucoup de villes proposent des foires en automne (Comptoir suisse à Lausanne, Foire de Martigny, Olma de St-Gall etc) et Soleure ne fait pas exception.

La foire ici est gratuite, à l’orée de la vieille ville (les courses ont lieu dans les douves asséchées) et très axée familles et enfants. A part les exposants habituels (meubles de jardin, saunas, machines à coudre, vins, etc.) un événement journalier attirait beaucoup de monde à la sortie des classes : la course des petits cochons. Les enfants se portaient volontaires pour présenter chacun des porcelets affublé d’un dossard et sponsorisé par une entreprise locale. Il y avait 3 courses et 6 cochons à chacune.  C’était ensuite  au tour des enfants de courir et d’être récompensé d’une pomme.

Le samedi matin, il y avait le tournoi de lutte suisse (dite “à la culotte”) des enfants qui peuvent commencer ce sport dès l’âge de 4 ans. Il y a différentes catégories d’âge et les physiques sont très variés en taille comme en poids. Le respect de l’adversaire est souligné avec poignée de main et époussetage du perdant par le vainqueur.  Les petits étaient mignons, qui perdaient leur culotte et n’aimaient pas trop être recouvert de sciure.  Il y avait deux petites filles.

Cancelled Carnival

This year, Carnival has been cancelled due to the pandemic. Last year, the first lockdown started just at the end of it.

Still, many shops, which are closed, decorated their windows with masks, costumes and photographs of past carnivals. There were also some floats in various parts of town. Children walked around in fancy clothes for a few days, joined by adults on Mardi Gras.

Carnaval annulé

Le Carnaval a été annulé à cause de la pandémie. L’an dernier, le lockdown avait commencé juste après sa tenue.

Toutefois, de nombreux magasins, pourtant fermés, ont décoré leurs vitrinez avec des masques, des costumes et des photographies de carnavals précédents. Des chars étaient également placés en divers points de la ville. Les enfants se sont baladés déguisés pendant plusieurs jours, rejoints par des groupes d’adultes le mardi gras.

Quiet December

The Advent period was quiet this year with Christmas markets, carol choirs and all events cancelled. This is what December looked like in our little town.

La période de l’Avent a été calme : le marché de Noël, les chorales et tous les autres évènements annulés. Quelques images du mois de décembre dans notre petite ville.