Melaka and Ipoh

Melaka (Malacca) saw many conquerors through its history, due to its strategic location. The local sultans had to fight the Siamese, Chinese, Vietnamese before losing to the Portuguese in 1511. Churches and a fort were built but the Dutch took control of the city in 1641. They changed the faith of the church on the hill before building a new one in town. A new city hall was also erected and is still called Stadthuys. Melaka was ceded to the British in 1824 who destroyed the Portuguese fort and used the old church as an ammunition storage.

Melaka has varied cultures, also found in Singapore but not so much in the rest of Malaysia: the Baba-Nonya (Chinese-Malay inter-marriages), Chitty (Tamil Indian/Malay) as well as Portuguese/Malay descendants, who often bear Portuguese surnames and speak Creole.

Because of its proximity to both Kuala Lumpur and Singapore, Melaka gets really crowded on week-ends and it is better to go there mid-week.

De par sa situation stratégique, Melaka a subi de nombreuses invasions. Les sultans locaux ont dû se battre contre les Thaïs, Chinois et Vietnamiens avant de s’incliner devant les Portugais en 1511. Des églises et un fort furent construits, puis les Néerlandais saisirent la ville en 1641. Les églises devinrent protestantes et un hôtel de ville fut construit, toujours nommé “stadthuys”. La ville fut ensuite cédée aux Britanniques, qui détruisirent le fort et transformèrent l’ancienne église en arsenal.

Melaka abrite des cultures différentes, également présentes à Singapour mais moins dans le reste de la Malaisie. Ainsi, les Babas-Nonyas (Chinois/Malais), les Chitty (Tamils/Malais) et les descendants eurasiens (Portugais/Malais) qui portent des noms de famille lusitaniens et parlent créole.

A cause de sa proximité avec Kuala Lumpur et Singapour, Melaka est très populaire les week-ends et il vaut mieux visiter la ville en semaine.

 

Ipoh is Malaysia’s third city and was a prosperous centre of tin mining. However, following the depletion of its tin deposits and the collapse of tin prices in the 1970s, the city suffered decades of decline and neglect.

In recent years, Ipoh’s popularity as a tourist destination has been significantly boosted by efforts to conserve its British colonial-era architecture. The city is also promoting street artists and, among others, Lithuanian-born, Penang-based Ernest Zacharevic was commissioned by Old Town White Coffee owner to paint 7 murals in the city.

Ipoh est la troisième ville de Malaisie et fut un prospère centre de mines d’étain. Après la raréfaction de ses réserves et la baisse du prix de l’étain dans les années 70, la ville connut un déclin marqué pendant des décennies.

Récemment, sa popularité en tant que destination touristique a grandi avec ses efforts de mettre en valeur son héritage colonial britannique. La ville a aussi encouragé les artistes de rue et l’artiste lithuanien Ernest Zacharevic, très connu pour ses fresques à Penang, a été engagé par le propriétsire de l’Old Town Coffee pour en peindre 7 à Ipoh.

Kampung Baru, KL

Kampung Baru is a neighbourhood of Kuala Lumpur, situated just behind the Petronas twin towers.

A few hundred metres away from the modern city, you find yourself in a small provincial Malay town.

An attractive new mosque, colourful wooden houses, many on stilts, and a wonderful street market with a huge selection of beautifully fresh vegetables and fruit: a really lovely break from the city.


Kampung Baru est un quartier de Kuala Lumpur situé derrière les tours Petronas.

A quelques centaines de mètres de la ville moderne, vous vous retrouvez dans une petite ville malaise de province.

Une belle nouvelle mosquée, des maisons en bois colorées, beaucoup montées sur pilotis et un superbe marché de rue dont les étals regorgent de fruits et légumes de belle qualité: une très agréable balade loin de la ville.

Rest and recovery in Kuala Lumpur

Our plan was to go to Vietnam after the Philippines but we had not counted with Têt, Vietnamese New Year.

In order to get a visa on arrival, one needs to apply online first, wait a few days to receive a letter of invitation, which will give the right to the visa when arriving.
The online services, and the embassies, were closed from 1-10 February (Têt) and visa applications would only start to be processed as of 11 February. How long it would take to be handed the precious sesame was unclear but with a backlog of 10 days, it might be long.

We had flown into Kuala Lumpur from Manila and booked a couple of nights in a pleasant hotel close to the twin Petronas towers. We had the pleasure of seeing again a former colleague of Jenny’s (and John’s occasional sailing mate) and his delightful family, who now live in and enjoy KL.

A couple of days later, Jenny came down with a cold, a cough and a fever (the boat to Manila and its freezing temperatures..). Three days later, no improvement, doctor: bronchitis and the beginning of a lung infection; it meant rest and medication.

The trip to Vietnam is no longer on the cards, since we will run out of time before our return to Geneva in early March.

20190214_095638

Repos et récupération à Kuala Lumpur

Nous pensions partir au Vietnam après les Philippines mais avions oublié Têt, le nouvel an vietnamien.
Pour pouvoir obtenir un visa à l’arrivée, il faut postuler en ligne, attendre quelques jours la réception d’une lettre d’invitation, à présenter en arrivant et recevoir le visa.
Les services en lignes et les ambassades allaient être fermées du 1er au 10 février pour le Têt. Avec les demandes accumulées sur dix jours, il n’était pas clair quand nous pourrions recevoir le précieux sésame.

Nous avions pris un vol pour KL et réserver deux nuits dans un hôtel agréable près du parc des tours Petronas. Nous avons eu le grand plaisir de retrouver un ancien collègue de Jenny (et co-équipier occasionnel de John) et sa délicieuse famille. Ils apprécient leur vie à KL.

Quelques jours plus tard, Jenny a eu de la toux, un rhume et de la fièvre (ce bateau glacial…). Trois jours plus tard, pas d’amélioration, visite chez le médecin: bronchite et début d’infection pulmonaire, donc repos et médicaments.

Le voyage au Vietnam ne se fera pas, nous n’aurions pas assez de temps avant notre retour à Genève au début mars.

Philippines – travel information

As we are leaving the Philippines, here is some travelling information, which we wished we’d had before arriving and hope will be useful:

– Bring in plenty of cash and change it to pesos at the airport upon arrival. There are numerous ATMs everywhere but withdrawals are limited to PHP 10,000 (about €170; CHF190) and there is a fee of PHP250 (€4,25; CHF 4.80) every time (+ whatever costs your bank may charge). Considering that you will need cash for accommodation (even when booked through websites such as booking.com, they rarely accept credit card payments), food and transport, you will need fresh cash often and these fees will quickly add up. On touristic islands, the exchange rate is much worse.

– If staying in Manila, we recommend the use of Grab as a means of transport. Download the app or let hotels and restaurants order a car for you. You receive the car brand, number plate, first name of driver and the cost of the ride, which you will have to pay in cash to the driver. There can be a higher tariff for peak hour. To us, traffic seemed to be in a permanent gridlock. Most of our rides cost PHP 100-250. Taxis often do not use a meter and you just don’t want to have that conversation again.

– Be aware that the names of cities and towns are the same on each island: there are many San José, Roxas , Apo reefs or coral gardens, so add the province to your search.

– The information about hotels on the internet is unreliable and  misleading. We quickly reverted back to travelling early 1980s-style: arrive in a town, go to several ho(s)tels in your budget range, ask about availability, cost and to see the room.

– We only saw big buses when leaving Manila. Everywhere else, longer transport between cities was on mini-vans. There is no timetable and the van will only leave when it is full (we have travelled in vans with 14-18 other passengers). Expect a waiting time of 30 to 90 minutes before departure. If in a hurry, you will have the option of hiring the whole van but obviously at the cost of the full van.

– While distances may not seem long, every ride will take a long time, partly traffic, partly poor roads, partly geography. For example: 33km, 1.5 hours in a good mini-van.

– If you are a nervous passenger, avoid taking mini-vans in mountain areas. Drivers stop the motor, shift into neutral gear and keep their feet on the breaks when going downhill. The same  applies to tricycle trips.

20190126_145102

– Ferryboats seem to leave pretty much on time, when they run. We planned to take the 3-hour ferry from Coron to El Nido, Palawan.  When we went to buy a ticket the day before we wanted to travel, we learnt that one of the two daily ferries had been out of order for over 3 weeks. That meant waiting 10 days. This was high season, around Chinese New Year. A small plane would take you there for PHP 7,000 (about €120) per person for a 30 minute flight. The other way of getting to El Nido was to take the weekly 11-hour ferry to Puerto Princesa and then a gruelling (we heard) 5-hour mini-van ride to El Nido. If a cruise ship arrives they may cancel the regular line as the port is too small; it happened to the Coron-Manila ferry the week before we took it. We realised we might get stuck on an island at any point.

– Coron town is on Busuanga island. Coron island sits across the bay and offers no accommodation. It is only accessible by private bangkas (local boats) or tours.

– If you hire a bangka, buy your food and drinks at the local market (next to the port) and bring it to the boat. They will have an ice-box and will cook lunch for you. Remember to buy charcoal (also at the market). We had fish, vegies and mangoes.

– We took the weekly ferry from Coron back to Manila. There are many different categories of tickets with minimal price differences. All but one offer air-conditioning. It was warm but not exceedingly hot so we were tempted by the open space in the centre of the ship. We changed our mind when we heard it was one big space with beds for 500 passengers. The air-conditioning was brutally cold and, although we had rented a blanket, we had to wear our pants on top of our pyjamas, wear fleece and a shirt as a hat. The crew said they could not adjust it. If there ever was another time, we would take the 500-bed open space, provided there were no roosters 😉

20190204_073026

– Deal directly with the shipping company: local tour/travel agencies take a 30% commission, + they overcharge on the ticket itself (it happened to friends)

– Generally-speaking, the quality of accommodation is poorer than in the same category in every other Asian country we have travelled to (we do not know how it compares to China).

– There is loud music (noise) everywhere: in restaurants, cafés, mini-vans, on boats; while they will accept your request to lower the sound, it will quickly creep back up to unbearable levels. Bring good earplugs; you will need them everywhere anyway (roosters).

– Toilets: always carry your toilet paper and always throw it in the bin provided (sometimes). There is not always a water tank but there will be a bucket and a laddle. Toilet seats are rare, so better start working on these quadriceps. This also applies to some hotels.

20190202_141247

Philippines – infos de voyage

Au moment de quitter les Philippines, voici quelques informations que nous espérons utiles.

– Amenez beaucoup de cash et changez-le en pesos à votre arrivée à l’aéroport. Les bancomats sont nombreux mais les retraits sont limités à PHP 10,000, soit €170 ou CHF190, auxquels vous devrez ajouter la taxe locale obligatoire de PHP 250 (€4.20; CHF 4.80) par retrait (+ les frais éventuels de votre banque). Les hôtels (même si vous avez réservé en ligne sur des sites comme booking.com, vous devrez souvent payer en espèces), les restaurants, les tours, les transports: quasiment toutes vos dépenses se feront en cash. Vous devrez donc utiliser les ATM très souvent et ces frais finiront par coûter cher. Sur les îles le taux de change vous sera peu favorable.

– Si vous restez à Manille, nous vous suggérons d’utiliser Grab pour vos déplacements. Vous pouvez télécharger l’app ou demander aux hôtels ou restaurants de l’arranger pour vous. Vous recevrez la marque de la voiture, numéro d’immatriculation, prénom du chauffeur et la somme que vous devrez lui payer en cash. Il y a un tarif plus élevé pour les heures de pointe.  Pour nous, la circulation nous a semblé bloquée en permanence. La plupart de nos courses ont coûté entre PHP100 etPHP250. Les taxis n’utilisent que rarement les compteurs, donc Grab évite une discussion difficile.

– Attention: les noms des villes et lieux sont souvent les mêmes sur les îles: il y a de nombreux San José, Roxas, Apo reefs ou jardins de corails, il vaut mieux donc ajouter le nom de la province.

– Les informations hôtelières sur internet sont peu fiables et trompeuses. Nous avons assez vite voyagé comme en 1980: arrivée dans une ville, tour des hôtels, demander à voir la chambre.

– Nous n’avons vu des autocars qu’au  départ de Manille. Partout ailleurs les transports inter-urbains se faisaient par mini-bus. Il n’y a pas d’horaires et le mini-bus ne partira que lorsqu’il est plein. Nous avons voyagé avec 14 à 18 autres passagers. Il faut compter avec une attente de 30 min. à 1h30. Si vous êtes pressés, vous pouvez louer le véhicule entier mais au tarif du bus plein.

– Même si les distances semblent raisonnables, chaque voyage prendra beaucoup de temps, en partie pour des raisons de trafic, de l’état des routes, de la géographie. Par exemple, 33km, 1h30 de route dans un mini-bus récent et en bon état.

– Si vous êtes un passager nerveux, évitez de prendre un mini-bus dans les régions montagneuses. Les chauffeurs arrêtent le moteur, passent en vitesse neutre et descendent avec le pied sur le frein. Quelques tricycles ont fait la même chose.

– Les ferrys semblent partir à l’heure, quand ils fonctionnent. Notre plan initial était de prendre le ferry qui prend trois heures pour aller de Coron à El Nido, Palawan. Le jour avant le départ, alors que nous voulions acheter nos billets, nous avons appris que l’un des deux ferrys quotidiens était en panne depuis plus de trois semaines. Ceci signifiait une attente de 10 jours. Tout ceci en haute saison, autour du nouvel an chinois. Un petit avion avec une durée de vol de 30 min. allait coûter PHP 7 000/pers (environ €120). Une autre solution était de prendre le ferry hebdomadaire pour Puerto Princesa qui prend onze heures, suivi d’un voyage de cinq heures en mini-bus qu’on nous a décrit comme épuisant (et retour pour quitter l’île). Si un paquebot arrive, ils peuvent tout simplement annuler la ligne régulière car le port est trop petit. C’est arrivé au bateau Coron-Manille la semaine précédente. Nous avons alors réalisé que nous pouvions nous trouver coincés sur n’importe quelle île à tout moment.

– La ville de Coron se situe sur l’île de Busuanga. L’île de Coron est de l’autre côté de la baie; il n’est pas possible d’y séjourner. On ne peut atteindre l’île de Coron que par bangkas (bateau local) ou avec un tour organisé

– Si vous louez un bangka, achetez votre nourriture et boissons au marché voisin du port et amenez le tout au bateau. Celui-ci est équipé d’une glacière et d’un grill et les deux capitaine/guide prépareront votre repas. N’oubliez pas d’acheter du charbon de bois au marché. Nous avons choisi du poisson, des légumes et des mangues.

– Nous avons pris le ferry hebdomadaire de Coron à Manille. Il y a de nombreuses catégories de prix et les différences sont minimes. Toutes, sauf une, offrent l’air conditionné. Il ne faisait pas trop chaud et nous avons été tentés par l’open space au centre du bateau mais y avons renoncé quand nous avons appris que cet espace contenait 500 lits. L’air conditionné dans les cabines était brutalement froid et violent et, bien que nous ayons loué des couvertures, nous avons dû porter nos habits par-dessus nos pyjamas, porter nos polaires et une chemise comme bonnet. Le personnel à bord nous a dit qu’il était impossible de régler la température ou d’arrêter la climatisation. Si nous devions à nouveau prendre un ferry, nous choisirions les 500 lits, pour autant qu’il n’y ait pas de coqs ….

– Pour les tickets, adressez-vous directement à la compagnie de bateaux: les agences locales prennent une commission de 30% et, en plus, les billets sont fortement majorés (des amis ont ainsi été trompés).

– En règle générale, la qualité du logement et des infrastrucures est plus faible que la même catégorie dans les autres pays que nous avons visités en Asie (nous ne sommes pas allés en Chine).

– Il y a de la musique bruyante partout: dans les restaurants, les cafés, les mini-bus, sur les bateaux; si vous le leur demandez, ils baisseront le son dans un premier temps mais peu à peu, le niveau sonore sera remonté à des niveaux insupportables. Amenez des boules Quiès de qualité, vous en aurez besoin partout de toute façon.

– Ayez toujours du papier toilette sur vous et jetez-le dans la poubelle fournie à cet effet (quelques fois). Il n’y a pas toujours de chasse d’eau mais un baquet d’eau avec une louche. Les sièges de toilette sont extrêmement rares, il vaut donc mieux travailler vos quadriceps. Tout ceci est également valable pour certains hôtels.

 

Jeepneys & Co

Like the yellow cabs in New York, the jeepneys are a cultural symbol of Manila and the Philippines. For decades they have been a cheap mean of transport for millions of Filipinos.

Initially built with jeeps left behind by the Americans after WW2, jeepneys are a uniquely Filipino invention: an extended back, a roof and two vinyl benches.

The government is planning to replace vehicles older than 15 years with “eco-jeepneys”, electrical or lower emission diesel motors.

Tricycles are also a common means of transport in the Philippines. They are especially popular in small towns and in rural areas.

Tricycles are built in a variety of styles, which differ from city to city, and are usually made locally by building a sidecar and affixing it to a motorcycle.

In Mindoro, they were smaller, accommodating up to 4 passengers, than on Coron, up to 8, although when hilly, it would have trouble coping.

For inter-city trips, the most common vehicle is the mini-van. They pile up 18 passengers and will sometimes leave with 14 and pick up people along the way.

 

 

Les jeepneys sont un symbole culturel de Manille et des Philippines, au même titre que les taxis jaunes de New York. Depuis des décennies, ils sont aussi pour des millions d’habitants un mode de transport bon marché.

Construits au départ avec les jeeps laissées derrière eux par les Américains après la guerre, les “jeepneys” sont effectivement une invention philippine: un toit ajouté et à l’intérieur, deux bancs parallèles en vinyl.

Dans le cadre d’un plan gouvernemental, les véhicules de 15 ans et plus doivent être remplacés par des “éco-jeepneys”, véhicules électriques ou équipés de moteurs diesel moins polluants.

Les tricycles sont aussi un moyen de transport très courant aux Philippines. Ils sont particulièrement populaires dans les petites villes et les régions rurales.

Les tricycles sont construits dans des styles différents et varient de ville en ville. Ils sont fabriqués localement en construisant un side-car et le fixant à une moto.

A Mindoro, ils étaient un peu plus petits, pouvant accueillir 4 passagers alors qu’à Coron, ils pouvaient être 8; tant qu’il n’y a pas de montée.

Pour les voyages plus longs, d’une ville à l’autre, les mini-vans sont le moyen plus utilisé. Nous avons été jusqu’à 18-20 passagers mais le véhicule part avec 14-15 personnes et en prend d’autres en route.

Coron island hopping

In the mini-van to San José, Mindoro, we met a lovely young couple who proposed that we hire a bangka, the local boats, from Coron to go and see the sights, which are all only accessible by sea.

On the first day, we visited the twin lagoons, coral gardens, Barracuda and Kayangan lakes and had a lunch on a quiet small island.

 

The next day, we used the same boat to get out to islands about 1.30 hour away; clear water, white sandy beaches, easy snorkelling and far from the constant noise.

 

At every single stop, there are taxes, between €2,50 and €4,50 per person. Group tours include the fees (they are built into the price) but they all leave at roughly the same time and go in the same order so the sights are crowded. Having our own boat gave us flexibility  and we could stay in a given spot as long as we wanted. We also went to places where large groups did not go.

Coron, d’île en île

Dans le mini-van de San José, Mindoro, nous avons fait la connaissance d’un jeune couple qui nous a proposé de nous joindre à eux pour louer un bangka, le bateau local, pour visiter les endroits qui, tous, ne sont accessibles que par la mer.

Le premier jour, nous avons visité les lagons jumeaux, les jardins de corails, les lacs Barracuda et Kayangan. Nous avons déjeuné sur une petite île tranquille.

Le deuxième jour nous avons repris le même bateau mais sommes allés plus loin, à environ 1h30, vers des plages de sable blanc, aux eaux turquoises et limpides, loin du bruit constant.

A chaque arrêt il y a des taxes qui varient entre €2.50 et €4.50 par personne. Les tours pour grands groupes incluent ces taxes dans leur prix. Ces tours partent plus au moins à la même heure et suivent le même ordre, il y a donc beaucoup de monde. Ayant notre propre bateau, nous avions beaucoup de flexibilité et pouvions rester à un endroit qui nous plaisait aussi longtemps que nous le voulions. Nous avons aussi pu aller là où les grands groupes ne se rendent pas.