A climber’s paradise

It is possible for mountaineers to climb many (no less than 18) 4000+m summits in the Saas Fee area alone.
We walked around a path at 3200m, where it is possible to see all of them. It has explanations, in German, about each of these mountains.
On one of the photos, the 3000+ (on the right) look very small compared to their 4000+ neighbours

 

Un paradis pour les alpinistes

Il est possible, pour les alpinistes, de gravir de nombreux sommets de plus de 4000m (pas moins de 18) dans la seule région de Saas Fee.
Nous avons suivi un sentier à 3200m où il est possible de tous les voir. Il y a des explications, en allemand, sur chacune de ces montagnes.
Sur l’une des photos, les 3000+ , à droite, ont l’air petits à côté de leurs voisins 4000+.

Up the Saas valley

Today’s walk was hiking the Saas valley, with the towering Bietschhorn still in view. We arrived in Saas Fee and will stay a few days at the very comfortable youth hostel, which overlooks the village and offered us a wonderful view the next morning.

La randonnée d’aujourd’hui remonte la vallée de Saas, nous avons toujours des vues du Bietschhorn. Nous sommes arrivés à Saas Fee et resterons quelques jours à l’auberge de jeunesse, très confortable, qui domine le village et nous a offert une vue magnifique au réveil.

Along the Bisse du païen

Valais is the driest canton in Switzerland, so the locals built, a long time ago, a whole system of irrigation canals called “bisse” (French) or “Suonen” (German). These canals bring the water from the many glaciers to arable land.
This day we hiked along the “bisse du païen” (the pagan’s bisse), which starts at a spring that wells in the middle of a field.
It follows the contour of the mountain and we suddenly saw the very impressive Bietschhorn, standing high above its neighbouring peaks.
We camped at 2200m and the last photos show the view from our tent at sunset and around 7 am.

 

Le Valais est le canton le plus sec de Suisse et les Valaisans ont construits, dans le passé, tout un système d’irrigation avec des canaux appelés bisse ou Suonen. Ils amènent l’eau des glaciers aux terres cultivables.
Ce jour-là, nous avons longé le bisse du païen qui commence juste en-dessous d’une source jaillissant au milieu d’un pré.
Il suit les contours de la montagne et nous avons soudainement vu le très impressionnant Bietschhorn qui domine les sommets avoisinants.
Nous avons campé à 2200m et les dernières photos montrent la vue depuis notre tente au coucher du soleil et vers 7h du matin.

Vers le col du Simplon

Another day’s hike, another night in our tent and on to Col du Simplon, the first road pass of this trail.
The scenery had changed again and we walked among larch trees, rhododendrons and blueberry bushes (unfortunately too early) but picked wild strawberries.
We stayed at the hospice; most of the other hosts were geologists, from Germany, South Africa and California.

Un autre jour de randonnée, une autre nuit sous la tente et plusieurs heures de montée jusqu’au Col du Simplon, le premier col routier du parcours.
Le paysage avait à nouveau changé et nous marchions parmi les mélèzes, rhododendrons et les myrtilles (trop tôt pour les fruits, malheureusement) mais nous avons cueilli des fraises des bois.
Nous avons dormi à l’hospice; la plupart des autres clients étaient des géologues, d’Allemagne, d’Afrique du sud et de Californie.

Binnental

We started the day by crossing the Goms suspended bridge : 280m long and 92 m above the Rhône. In the village of Ernen, a fresco (considered to be the oldest of its kind) depicts William Tell’s most famous moment.
Then it was a long hike up a couple of valleys until we found a suitable camping spot at the foot of the next pass.

 

Notre journée a commencé par la traversée du pont suspendu de Goms, perché à 92m en-dessus du Rhône et d’une longueur de 280m. Dans le village d’Ernen, on trouve ce qui est considéré comme la plus ancienne fresque montrant Guillaume Tell.
Ensuite, ce fut la longue montée, par deux vallées, jusqu’au lieu de notre campement, au pied de notre prochain col.

Mühlebach, Conches valley

While parts of Valais had violent storms, the area of Fiesch only got a few drops and was partly overcast. We visited Mühlebach and its very old village centre.

Tandis que certains endroits du Valais subissaient de violents orages, la région de Fiesch n’a eu qu’un ciel en partie couvert et reçu quelques gouttes. Nous avons visité Mühlebach et son très vieux centre villageois.

Fleurs des Alpes I

One of the many pleasures of hiking in the Alps in the summer is the beautiful flowers everywhere. Thistles, daisies, gentians, forget-me-nots, pansies….. Here is a first sample.

L’un des nombreux plaisirs de la randonnée dans les Alpes en été est le grand nombre de fleurs. Chardons, marguerites, gentianes, myosotis, pensées…… Voici un premier échantillon.

Corno-Griess and its hut

After a 4 hour hike down into Airolo and up Val Bedretto, we reached Capanna Corno-Griess. Its architecture is surprising and, looking back towards it the next day, it looked a bit like a spaceship.
The weather forecast was for storms from about 2 pm, so we had an early start. Menacing clouds were pouring in from Italy as we reached Corno pass and Griess lake.
We found shelter in Fiesch and decided to stay there 2 nights, while the stormy front passed.

 

Après 4 heures de descente sur Airolo et la remontée du Val Bedretto, nous avons atteint la cabane Corno-Griess. Son architecture est surprenante et, en la voyant de loin le lendemain, elle ressemblait un peu à un vaisseau spatial.
La météo nous ayant promis des orages dès 14 heures, nous sommes partis tôt. Des nuages menaçants arrivaient d’Italie alors que nous arrivions au col.Corno et descendions vers le lac Griess.
Nous avons trouvé refuge à Fiesch, où nous avons passé 2 nuits en attendant que le front d’orages passe.

The last wild lily

It was going to be a long day, as we had to start from the bottom again – via another path – hike through two passes before reaching Capanna Cadagno. This mountain hut has recently been beautifully renovated and is widely known for its delicious cuisine.

At Porta Crocera, the first pass which overlooks Acquacalda, a ProNatura centre, we were lucky to catch the last white wild lily. They are in full bloom in early July and cover entire fields. Down and back up to Passo del Sole.

 

Le dernier lys sauvage

Cette journée allait être longue puisque nous devions à nouveau commencer depuis le village – par un autre sentier -, passer par deux cols avant d’atteindre la Cabane Cadagno. Celle-ci a été magnifiquement rénovée et est célèbre dans toutela région pour sa délicieuse cuisine.
A Porta Crocera, le premier col, qui surplombe Acquacalda et son centre ProNatura, nous avons pu voir le dernier lys sauvage de la saison. Ils fleurissent au début du mois de juillet et couvrent des champs entiers. Descente puis remontée sur le Passo del Sole.