Say “Cheese”

Although tourism in Myanmar has grown exponentially over the past few years, Westerners are still a novelty for many people and we have posed for many photos. Lately, it was a little girl who, while visiting Shwezigon Pagoda near Bagan with her grandparents, asked Jenny to be photographed with her. Most people have smartphones and selfie sticks are popular too.

 

Bien que le tourisme ait augmenté de manière exponentielle ces dernières années, les Occidentaux sont encore une nouveauté pour beaucoup de Birmans. Nous avons pris la pose pour de nombreuses personnes. Il y a quelques jours, lors de la visite d’un temple près de Bagan, une petite fille qui le visitait avec ses grand-parents a demandé à Jenny de poser avec elle. La plupart des gens ont des smartphones et des supports à selfies.

 

Poor restorations

Bagan is situated in an active earthquake zone and has suffered many. A major earthquake occurred in 1975 and a lot of buildings were damaged, some completely destroyed.

Many of these pagodas underwent restorations in the 1990s when the military government sought to make Bagan an international tourist destination. The restorations, however, were poorly done – buildings were repaired with new bricks, a new 60m watch tower and hotel were built on the site – and were widely criticised.

The government had hoped that Bagan would be listed on the UNESCO World Heritage on account of the many unrestored buildings but UNESCO has declined.

Some of the photos show the poor work done on the paintings and the tower.

 

Restaurations ratées

Bagan est située dans une région à risques sismiques et de nombreux tremblements de terre y ont été enregistrés. En 1975, un tremblement de terre de forte magnitude a endommagé de nombreux bâtiments; certains ont été complètement détruits.

De nombreuses pagodes ont été restaurées dans les années 90 quand le gouvernement militaire a décidé de développer le site en tant que destination touristique. Les restaurations ont toutefois été mal exécutées – les bâtiments retapés avec des matériaux neufs, une nouvelle tour d’observation de 60 m. avec hôtel au milieu du site – et très critiquées.

Le gouvernement avait espéré que Bagan et ses nombreux temples non restaurés serait inscrite sur la liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO mais ce ne fut pas le cas.
Quelques photos montrent les restaurations malheureuses et la tour.

Bagan

The stunning site of Bagan is well worth a visit and we spent 3 days exploring the area of 104 km2 on an e-bike.

The city was first founded in the 9th century and more than 10,000 temples, monasteries and pagodas were built between the 11th and 13th centuries

Although it is known as “the plain of 4,000 temples”, there are about 2,200 buildings still standing. They come in all sizes and some are as big as cathedrals. The sight of the spikes coming out of the trees is really beautiful.

 

 

Le site de Bagan vaut le voyage et est vraiment magnifique. Nous avons passé 3 journées à explorer ses 104 km2 sur un scooter électrique.

La ville fut créée au 9e siècle et plus de 10.000 temples, monastères et pagodes furent construits entre les 11e et 13e siècles.

Bien que le lieu soit connu sous le nom de “plaine aux 4.000 temples, il est estimé qu’il reste encore un peu plus de 2.200 bâtiments. Ils sont de toutes tailles mais quelques-uns sont aussi grands que des cathédrales. La vision de leurs pointes émergeant des bois est vraiment superbe.

 

_______________

 

Even though it is Myanmar’s top touristic destination, it is easy enough to be alone while visiting some of the pagodas and many spots are very peaceful.

The area is lived in, there are villages scattered among the temples and people come and pray. Bagan is not a museum. It was fun to hear local people laughing even as they came to pray and young monks playing hide-and-seek in the temples. A very joyous atmosphere.

 

 

Bien que Bagan soit devenue la première destination touristique du pays, il est aisé de se retrouver seul dans quelques pagodes et de nombreux endroits sont très tranquilles.

La région est habitée et il y a quelques villages éparpillés entre les temples et les habitants viennent s’y recueillir. Bagan n’est pas un musée. Nous entendions les rires des Birmans qui viennent prier et les jeunes moines y jouaient à cache-cache. Une atmosphère légère et joyeuse.

Irrawady river

After arriving in Mandalay by the night bus 3 hours early, the hotel checked us in at 3 am, thus allowing us to catch up on our sleep. We were here to take the express boat to Bagan.

Mandalay was shrouded in haze and smoke and, unfortunately, so was most of our boat ride down the mythical Irrawady river.

This is the dry season and slash-and-burn farming is in full swing in some parts of south-east Asia. A major health and environmental problem for these countries; those who can leave for at least a couple of months.

 

Après être arrivés à Mandalay par le bus de nuit avec 3 h d’avance, l’hôtel nous a enregistré à 3 h du matin, ce qui nous a permis de profiter d’un peu de sommeil supplémentaire. Nous étions là pour prendre le bateau express pour Bagan.

Mandalay était enveloppée dans un voile de brume enfumée, tout comme la descente de l’Irrawady, malheureusement.

Nous sommes en saison sèche et la culture par brûlis est en plein boom dans une grande partie du sud-est asiatique. C’est un grave problème environnemental et de santé publique pour ces pays; ceux qui le peuvent quittent la région pour au moins deux mois.

Lake Inle

Lake Inle, in central Myanmar, is surrounded by mountains and has become a major destination in the country for the budding tourism industry. It covers an area of 116 km2 and close to 70,000 people live on its shores – or on the lake itself in the many villages built on stilts.

The large floating gardens are planted on weeds harvested from the lake and rise and fall with the water levels without being at risk of flooding.

The local fishermen have a very unique technique of rowing : they balance on one leg at the front of the boat and wrap the other leg around the oar. Their hands are free for fishing. The movements are very graceful.

 

Le lac Inle, au centre du Myanmar, est entouré de montagnes et est devenu un lieu important pour le tourisme, en plein essor dans ce pays. Il couvre une superficie de 116 km2 et près de 70.000 personnes vivent sur ses rives – ou sur le lac même, dans l’un des nombreux villages sur pilotis.

Les jardins flottants sont plantés sur des algues récoltées dans le lac. Les jardins montent et descendent avec le niveau des eaux du lac et ne sont donc pas sujets aux inondations.

Les pêcheurs locaux emploient une technique unique pour ramer et pêcher : ils sont en équilibre sur une jambe à l’avant du bateau et enroulent l’autre jambe autour de la rame, leurs mains sont libres. Le mouvement est très élégant.

____________
In the middle of the lake, a surprising sight : a post office !
It serves the many villages built on stilts on the lake.

 

Au milieu du lac, une vision surprenante : un office de poste !
Il dessert les nombreux villages sur pilotis construits sur le lac.

The slow train from Thazi

There is nothing in Thazi. The only reason to stop there is to take “the slow train from Thazi”.
It takes 10 hours to cover the 150 km to Shwenyaung, a short drive from Inle lake but the trip is not at all tiring and very rewarding.
We travelled again with locals and bought food at stations along the way (watermelon, bananas, avocados and quail eggs). People were peaceful and happy, humming and singing (we have noticed they often sing – quietly).
The train zigzags its way up the mountain, reaches remote villages and does a few switchbacks.
After going through a couple of mountain chains, we reached a high plain and the scenery changed : it looked like Spain.

 

Le train lent de Thazi

Il n’y a rien à Thazi. La seule raison d’y aller est de prendre “le train lent de Thazi”.
Il parcourt les 150 km qui sépare Thazi de Shwenyaung, à proximité du lac d’Inle, en 10 heures, mais le voyage n’est pas du tout fatigant et très enrichissant.
Nous avons à nouveau voyagé avec les Birmans et avons acheté de la nourriture (pastèque, avocats, bananes et oeufs de caille) dans les gares, en chemin. Nos compagnons de voyage étaient tranquilles, souriants et chantonnaient (ils chantent souvent, doucement).
Le train zigzague pour arriver sur les hauteurs et s’arrête dans des villages isolés, doit faire des lacets pour continuer sa route.
Après plusieurs chaînes de montagne, nous atteignons une haute plaine et le paysage change : on se croirait en Espagne.

Yangon-Mandalay Express

We had been concerned about not being able to leave Yangon, all means of transport were fully booked, but we finally secured two tickets on the Yangon-Mandalay express Tuesday morning at 6 am. The cost for both of us was CHF 10.50….
Off we went on a 12-hour journey to Thazi (15 hours to Mandalay), rocking, shaking and rattling on the bumpiest train ride ever.
We had upper class tickets, the only difference between that and the ordinary class being that we get old airplane individual seats instead of wooden benches.
We were the only foreigners (most travel by night bus) in the wagon – and only saw one couple of others in the ordinary class.
At every station, people come on board selling food and go up and down the train until the next two or three stations. It was loud, joyous and friendly.
The scenery is very rural until the train crosses empty 16-lane roads 3 or 4 times: we are in the capital, Naypyidaw, which covers an area equivalent to 4 times Manhattan.
We got to Thazi, 540 km from Yangon at 18.30 and took a horse-drawn carriage to the guesthouse.

 

 

Nous craignions de ne pas pouvoir quitter Yangon, tous les moyens de transport étant pleins mais nous avons pu obtenir deux sièges sur l’express Yangon-Mandalay, mardi matin à 6 heures. Les billets nous ont coûté CHF 10.50 pour les deux…
Nous voilà partis pour un voyage de 12 h jusqu’à Thazi, secoués dans tous les sens dans un train des plus cahoteux .
Nous avions pris des billets de classe supérieure, la seule différence étant que nous avions de vieux sièges d’avions individuels au lieu de banquettes en bois. Nous étions les seuls étrangers dans le wagon (la plupart voyagent en bus, de nuit) et nous n’avons qu’un seul autre couple étranger dans le train.
A chaque gare, des personnes montent pour vendre de la nourriture et parcourent le train avant de redescendre deux ou trois gares plus loin. L’atmosphère était bruyante, joyeuse et sympathique.
Le paysage est rural jusqu’à ce que, soudainement, la voie traverse des routes à 16 pistes vides à 3 ou 4 reprises : nous sommes arrivés dans la capitale, Naypyidaw, qui couvre une surface équivalente à 4 Manhattan.
Nous arrivons à Thazi, à 540 km de Yangon à 18.30 et prenons une charrette tirée par un cheval pour arriver à la pension.